Le blog

Connaissance de soi, intuition et action : 3 étapes à votre rythme vers la confiance en soi

Article paru sur www.psychologies.com le 3 avril 2017 en partenariat avec Bliss You

Au supermarché de la psychologie positive, on promet des solutions miracles pour booster la confiance en soi en 10 jours, devenir un leader charismatique en un webinaire ou guérir de l’insomnie en 3 méditations. Stop ! Prenez votre temps et faites-en un allié. 

Qui peut croire que plusieurs dizaines d’années d’angoisse ou de doute peuvent être balayées en quelques séances de relaxation ou de méthode Coué ? L’apprentissage de la confiance requiert patience et détermination. Ma toute première thérapeute avait l’habitude de dire que le travail sur soi ressemble aux couches d’un oignon que l’on pèle : au fur et à mesure et en temps voulu, on enlève une couche, puis une autre, et encore une autre, jusqu’à arriver progressivement vers le cœur de l’oignon (souvent avec les pleurs qui l’accompagnent).

On passe sa vie à éplucher des oignons !

Etape n°1 :
Connaissance de soi et apprentissage

La connaissance de soi est un prérequis pour savoir s’aimer chaque jour un peu plus. Une chose est certaine : la confiance ne « s’achète » pas à l’extérieur de soi mais se construit bien au quotidien à l’intérieur. Connaître son histoire, refaire le chemin de l’enfance, de l’adolescence, de la vie d’adulte avec le regard bienveillant de celui ou celle qui accepte et (se) pardonne, c’est s’aimer un peu plus, commencer à intégrer le principe même de la vie, et de qui l’on est.

Nous sommes faits de lumière et d’ombre, de qualités et d’imperfections, de pulsions bienveillantes et cruelles. La lumière existe parce que l’ombre existe. L’un ne va pas sans l’autre. C’est ainsi que les chinois conçoivent l’Univers, dans ses aspects Yin et Yang, sans jugement, en ayant à cœur de faire de chaque épreuve une expérience et d’en tirer l’enseignement juste. Toute crise porte en elle la possibilité d’un changement, d’un repositionnement. Chaque épreuve se présente pour nous encourager à voir ou faire les choses autrement.

Outil n°1 : Lorsque vous êtes victime d’un choc, prenez le temps de vivre l’émotion (tristesse, angoisse, colère…), qu’elle dure une minute, une heure ou une semaine.
Lorsque vous avez suffisamment exploré cette émotion et que vous vous sentez prêt à passer à l’étape suivante, revenez aux faits et rien qu’aux faits.
Ensuite, posez-vous la question suivante : « Qu’ai-je à apprendre de cette situation/épreuve ? ».

NB : En règle générale, nous n’utilisons pas la formulation « Pourquoi.. ? » qui encourage à tourner en rond, mais plutôt « Qu’est-ce qui fait que.. ? », cette dernière permettant un meilleur accès aux prises de conscience.

pexels-photo-175991

Etape n°2 :
Intuition et ressenti

Beaucoup de mes clients en coaching et développement personnel arrivent au cabinet après plusieurs années de psychothérapie. Ils ont bien travaillé sur leur histoire personnelle et compris l’essentiel (avec leur tête). Ils sont alors prêts à transformer l’essai en passant à l’action (avec le corps). Mais avant cela, nous leur apprenons à travailler avec le cœur. Cela consiste par exemple à lâcher le mental pour aller directement dans son ressenti, ou à s’inspirer des Quatre accords toltèques * pour ne plus faire de suppositions et vivre en harmonie avec le moment présent. L’intuition est l’outil principal de notre travail et celui que de nombreux clients viennent chercher. Elle est en effet la porte d’accès à une plus grande confiance en soi et à une connaissance plus intégrée du monde qui nous entoure. L’intuition ne se trompe pas, pour peu que l’on sache la distinguer du mental et lui faire confiance. Les plus grands chefs d’entreprise du monde vous le diront : l’intuition a guidé beaucoup de leurs décisions !

Outil n°2 : Pour trouver votre intuition, vous devez aller dans vos sensations, votre ressenti. Que se passe t-il si vous fermez les yeux, prenez trois grandes inspirations-expirations, et posez la question qui vous préoccupe à votre corps, à vos tripes, plutôt qu’à votre tête ? La vibration émise par votre corps est juste car c’est celle que vous ne contrôlez pas.

Etape n°3 :
Action et plaisir

pexels-photo-54204S’occuper de soi en consultant le ou les thérapeutes et spécialistes qui nous conviennent, c’est bien. Prolonger l’exercice en faisant de chaque situation de la vie qui nous préoccupe un cas pratique, c’est encore mieux. Passer à l’action permet de dépasser ses peurs et sortir de sa zone de confort. Cela peut changer une vie. Par action, nos n’entendons pas forcément sauter en parachute ou provoquer une crise familiale. Considérons la vie comme un parcours de saut de haies : si la hauteur desdites haies est de 1,10m, il suffit de sauter à 1,11m ou 1,12m pour les enjamber, pas à 1,50m. Idem, lorsqu’on est en bas d’une montagne à gravir : le chemin le plus court est tout droit et à pic. Il nous paraît insurmontable. C’est ce qui fait qu’on ne démarre parfois jamais. Alors que si on s’autorise à prendre un peu plus de temps et à emprunter le chemin de randonnée qui serpente, l’effort fourni sera moindre et plus régulier, et le parcours et les rencontres potentiellement plus agréables et variés.

Outil n°3 : Il n’est pas de réussite sans une part de plaisir. Si vous devez fournir un effort, assurez-vous d’y trouver du plaisir. Lorsque vous n’arrivez pas à réaliser une corvée qui pèse sur vos épaules depuis des semaines, voire des mois, autorisez-vous à la « penser » autrement et à faire des compromis avec vous-même. Vous devez passer un week-end dans votre belle-famille qui vous exaspère ? Oui, c’est important. Mais qu’est-ce qui pourrait faire que cela soit moins pesant ? Embarquer tous les enfants une après-midi entière pour vous échapper et les distraire ? Faire un détour sur la route pour visiter une ville ou un site qui vous plaît ? Saupoudrez de la souplesse dans votre mode de pensée et d’action, et vous vous sentirez plus léger(e).

Ces trois étapes que sont la connaissance de soi, l’apprentissage de l’intuition et le passage à l’action peuvent être menées à votre rythme, avec souplesse et créativité. Inventez votre méthode et amusez-vous à l’appliquer à chaque situation qui vous préoccupe. Faites de la vie un inlassable terrain d’apprentissage et de vos épreuves des expériences!

9782889116546FS

* Les quatre accords toltèques de Don Miguel Ruiz, sont en quelque sorte un code de bonne conduite relationnelle. Il s’agit d’un ouvrage incontournable du développement personnel.

5 règles Feng Shui pour harmoniser sa vie

feng_shui-870x435

Article paru sur onmeda.fr le 26 janvier 2017 en partenariat avec Bliss You

Le Feng Shui est un des arts taoïstes au même titre que l’acupuncture dans la médecine traditionnelle chinoise. Basé sur la théorie des 5 éléments, il vise à rétablir l’équilibre entre une personne et son environnement. Dans son approche complète, il prend aussi en compte le facteur temporel pour nous placer au bon endroit au bon moment.

Peut-on encore imaginer que notre environnement n’a pas d’impact sur notre santé ou notre bien-être ? Notre maison doit avant tout être traitée comme notre corps : avec le plus grand respect. Invités, déco, nourriture, lumière… faites-y entrer uniquement ce qui est bon pour vous. Voici 5 règles d’or pour vivre en harmonie et en pleine conscience.

Laissez entrer le Qi

Le Qi, c’est l’énergie, le souffle vital. Lieux de passage et ouvertures sont les liens essentiels entre l’intérieur et l’extérieur, entre nous et les autres. Empiler chaussures et cartons dans une entrée (considérée comme la bouche de notre maison) contribue à bloquer l’énergie, à vous empêcher de respirer à pleins poumons.
De fait, nous ne bénéficions pas de la meilleure qualité de Qi dans notre sang et nos organes. Une obstruction peut bloquer notre capacité d’action, nos projets, nos réalisations, ou compliquer nos relations et notre communication. De même, laisser volets et fenêtres fermés est le gage de voir les opportunités… rester dehors !

Chaque jour, ouvrez vos fenêtres et faites entrer une nouvelle énergie

Choisissez la meilleure position

Pour optimiser votre sommeil, placez votre tête de lit contre un mur solide et évitez de dormir dans le passage entre la porte de la chambre et la fenêtre. La chambre doit être claire, rangée et aérée. Pour favoriser l’inspiration au travail, placez votre bureau face à une fenêtre plutôt que de vous coller le nez sur le mur dont la perspective est très limitée.
Pour vous sentir en confiance, placez-vous dos au mur et ayez toujours une visibilité sur la porte afin de parer à toute arrivée imprévue. En règle générale, lorsque vous orientez chaise, bureau, canapé et lit, pensez au Qi que vous recevez devant et derrière vous.

Faites confiance à votre intuition

Choisissez des meubles et objets que vous aimez

Vous n’êtes pas obligé de passer tous les jours devant ce meuble hérité de votre belle-famille que vous n’aimez pas. Remplacez-le (ou pas) par quelque chose qui vous fait du bien. L’inconscient est en permanence sollicité par des sensations, des souvenirs. Chaque objet est porteur d’une énergie qu’il convient d’évaluer afin de savoir si elle est compatible avec la nôtre.
Voici quelques questions à se poser afin de bien s’entourer : « Cet objet me fait-il du bien ? Cette couleur m’apporte t-elle du réconfort ? Ce cadre m’inspire t-il de la joie ou de la mélancolie ? ». De même, les objets cassés ou rafistolés n’ont pas leur place si votre santé vous importe : symboliquement, ce qui est cassé chez vous, est cassé à l’intérieur de vous.

Trouvez ce qu’il y a de meilleur pour vous

Organisez les pièces en fonction de vos activités

Chaque activité majeure a un endroit qui lui est dédié. Difficile de travailler dans le salon lorsque les enfants y jouent. Une chambre n’a pas vocation à être un salon TV mais bien le lieu du ressourcement et de l’intimité. Une bibliothèque croulant sous les ouvrages ne fait pas une bonne tête de lit si vous dormez mal.
Accordez autant d’importance aux activités yin (lecture, repas, détente…) qu’aux activités yang (jeux, sport…). Privilégiez aussi les formes non agressives (évitez pointes et angles saillants) et les proportions équilibrées dans un esprit d’harmonie.

Choisissez le bon endroit au bon moment

Mettez de la couleur

Afin de privilégier la détente et le repos, choisissez des couleurs neutres, tendres ou pastels dans les chambres. Pour les enfants, le coin nuit devra être symboliquement séparé du coin jeux, que ce soit par de la couleur ou du mobilier. Les tons vifs conviennent aux pièces où la convivialité et la créativité sont stimulées, comme la cuisine ou la salle à manger.
En règle générale, demandez-vous quelle lumière renvoie la couleur que vous choisissez. Le rose symbolise la tendresse, la romance. Le rouge relève de la passion. Le vert nous rappelle notre lien à la nature, alors que le noir, symbole de l’eau, favorisera une certaine forme d’introspection.

La couleur, c’est la lumière. La lumière, c’est le Qi. Le Qi, c’est la vie.

(1) Les 5 éléments de la médecine traditionnelle chinoise sont le bois, le feu, la terre, le métal et l’eau.
(2) Le Qi (prononcer Chi) est l’élément invisible qui nous entoure, il est le souffle vital, l’énergie qui transporte minéraux et oligo-éléments. De manière inconsciente et permanente, nous inspirons et vibrons avec le Qi.